Évolution des cas de légionellose ces dernières annéesÉvolution des cas de légionellose ces dernières années

La légionellose est une maladie infectieuse des poumons qui est causée par une bactérie se trouvant dans les réseaux d'approvisionnement en eau douce. Elle est devenue un enjeu majeur de santé publique dans les années 2000 à la suite de l'explosion du nombre de personnes infectées.

LIRE LA SUITE


Chefs d'entreprises : quelles sont vos responsabilités face à la légionellose ?Chefs d'entreprises : quelles sont vos responsabilités face à la légionellose ?

Si vous avez un café, un restaurant ou un établissement de santé, un épisode de légionellose est sans doute le pire qui puisse vous arriver. Pourtant, ce n'est pas toujours très simple de savoir qui est responsable.
Est-ce l'entreprise ? Le patron ? L'employé ? Faisons un point complet sur les responsabilités des différents acteurs en cas d'infection, ainsi que sur les sanctions encourues. 
LIRE LA SUITE

Pour éviter la prolifération de bactéries et donc de maladies, AVIPUR détruit les germes par traitement au peroxyde d'hydrogène en assurant l'hygiène du réseau

LES NUISANCES

La Légionella pneumophiléa est la bactérie responsable de la terrible maladie du « Légionnaire ». Elle se retrouve dans les thermes, les sources, les systèmes de climatisation, les piscines, les canalisations, les circuits d'eau chaude sanitaire…
Ses facteurs de risque sont :

  • Age croissant
  • Sexe masculin
  • Tabagisme, alcoolisme
  • Immuno-dépression, cancer, diabète, corticothérapie
  • Affections respiratoires chroniques

Le nombre de cas diagnostiqués en France en 1995 a été évalué à 530. Le nombre réel de cas de légionellose est estimé entre 2000 et 3000 cas annuels.

QUE DIT LA LEGISLATION ?

Les établissements recevant du public qui possèdent des points d'usage à risque et selon l'arrêté du 1er février 2010 (article 3) doivent mettre en place une surveillance des installations collectives de production, de stockage et de distribution d'eau chaude sanitaire.
Article 4 : Objectifs cibles : Les dénombrements en Legionella pneumophila doivent être inférieurs à 1 000 unités formant colonie par litre au niveau de tous les points d'usage à risque.
Circulaire DGS n°98/771 du 31 décembre 1998 relative aux préconisations concernant la gestion du risque de prolifération des Légionelles dans les réseaux d'eau.

Extrait de cette circulaire :
Si le producteur d'eau du réseau public est soumis à une double obligation de moyens et de résultats pour ce qui concerne le respect des exigences de qualité auxquelles doit répondre l'eau destinée à la consommation, il est de la responsabilité des gestionnaires d'établissements de santé de vérifier et de garantir sa qualité aux points d'usage.

Des obligations s'appliquent :

  • aux établissements de santé qui doivent assurer un entretien régulier du réseau de l'établissement. Pour cela, chaque responsable doit tenir un dossier comportant : description des réseaux de distribution d'eau, le protocole de maintenance et d'entretien de ces réseaux, les résultats des analyses.
  • aux bâtiments accueillant du public qui ne sont pas assujettis à la même rigueur technique, mais font partie de ces bâtiments à fort potentiel de contamination puisqu'ils accueillent des personnes à risques (les maisons de retraites avec les personnes âgées, les hôtels,…). L'absence d'une réglementation stricte les concernant ne les déresponsabilise pas face à ce type de problème. Ils seront inspectés de la même façon par les organismes de contrôles (ex : DDASS).

La sanction est une amende de 3° classe. Des sanctions administratives, civiles et pénales sont envisageables si un cas de légionelle est déclaré au sein de l'établissement.