La municipalité déclare la guerre aux pigeons dévastateurs de la collégiale

La municipalité Les Andelys déclare la guerre aux pigeons…

Après les travaux de sécurisation de la collégiale Notre-Dame, la municipalité a déclaré la guerre aux pigeons. Plus de 2 tonnes de fiente ont été récemment sortis de l’édifice.

Installés sans être inquiétés dans les tours de l'édifice depuis des décennies, les pigeons prolifèrent, salissent et dégradent la collégiale Notre-Dame des Andelys.
Pour lutter contre la prolifération de ces oiseaux et traiter les zones concernées, la mairie a fait appel il y a plusieurs semaines à une société spécialisée.

Nettoyer, gratter

À la fin du mois d'avril, les techniciens de l'entreprise AVIPUR sont intervenus dans les tours de la collégiale Notre-Dame pour nettoyer, gratter et enlever les fientes, le bois mort, les cadavres, les œufs, nids et autres déchets déposés par les quelques centaines d'oiseaux qui ont élu domicile dans les moindres recoins de l'édifice.

L'escalier de la tour sud donnant l'accès au clocher, sa partie sommitale, terrasses, et charpentes ont été passés en revue et désinfectés durant près de dix jours.

Des cages de capture ont été installées sur les toits afin de prélever un maximum d'oiseaux, et ainsi limiter leur nombre. De multiples ouvertures ont également été obstruées par des filets.

Jean-Philippe Adam, adjoint au maire chargé de l'économie touristique et du cadre de vie, déplore :

Il n'y a jamais eu d'entretien engagé durant des dizaines d'années, aucun nettoyage régulier. Alors quand on s'y attaque on se retrouve devant une quantité catastrophique de déchets.

2 tonnes de déchets

Plus de 2 tonnes de fiente, de cadavre et autres détritus ont été collectés par les professionnels à l'aide d'un camion de pompage spécialisé installé aux abords du parvis.
Du fait qu'il s'agisse de l'entretien de son monument, cette campagne de dépigeonnisation et de désinfection coûte près de 21 000 € à la ville.

Elle s'articule également par un suivi de l'entreprise sur plusieurs semaines, notamment pour relever les oiseaux capturés et constater la diminution de la colonie.

De nouveaux travaux de sécurisation seront prochainement engagés, notamment la mise en sécurité d'un couloir de sortie de secours et le montage d'un échafaudage sous une voûte permettant l'accès à l'orgue.

Source : L’impartial