AVIPUR Nord-Ouest démarre une campagne d’effarouchage

AVIPUR Nord-Ouest vient de démarrer une campagne d'effarouchage sur la commune de Yerres afin d'éloigner les pigeons. Le rapace "Ibra", clin d'œil au joueur du club de Paris pour lequel AVIPUR est déjà intervenu au Parc des Princes pour la même prestation, va effectuer plusieurs passages d'ici la fin de l'année.

Attention, chasse en cours. Depuis quelques jours, de redoutables prédateurs sillonnent le ciel de Yerres. Bec crochu, serres acérées, une demi-douzaine de buses de Harris se succèdent à la verticale du parc Caillebotte, du CEC et de la Grange au Bois.
Leur mission : effaroucher les populations de pigeon dont le nombre croissant est devenu une gêne pour la commune. « Cette prolifération entraîne des nuisances importantes, rapporte Béatrice Danel, directrice du service environnement. Les déjections dégradent les bâtiments. Cela commence à coûter cher en actions de nettoyage et en ravalements de façades successifs. »
Pour tenter de réduire le nombre de volatiles indésirables, la ville s'est attaché les services d'un fauconnier.

"La buse de Harris peut chasser aussi bien en extérieur qu'en intérieur."

« Le problème, c'est que les pigeons n'ont plus de prédateur naturel », indique Michaël Vinagre. Ce jour-là, le jeune homme est accompagné d'« Ibra ». Le jeune faucon mâle de trois ans et demi, dont le nom est un clin d'œil à la star du PSG Zlatan Ibrahimovic, vient d'effectuer sa patrouille au-dessus de la Grange au Bois.

« Il a lancé des simulacres d'attaques et engagé quelques poursuites, décrypte le fauconnier. Le but est d'instaurer du stress auprès des pigeons afin qu'ils aillent nicher à un autre endroit.Cette méthode est écologique. Il n'y a ni destruction ni capture d'animal. »

 

"Le poids de chasse de cette buse est de moins de 700 g."

Sous le plumage brun-chocolat d'Ibra se cache une redoutable machine à chasser de moins de 700 g. « Nous employons des buses dites de Harris, une espèce endémique du continent américain, elle s'adapte à tous les milieux. Elle intervient autant à l'extérieur que dans des entrepôts, des églises ou des abbayes. Chaque jour, les rapaces sont pesés. Cela nous permet de mesurer leur degré de nourrissage. Leur poids de chasse se situe entre 650 et 670 g pour les mâles. Une buse rassasiée reviendra difficilement au poing du fauconnier une fois lâchée. »

Ibra et ses congénères vont effectuer au total huit passages de trois à quatre heures sur Yerres durant l'automne.

Source : leparisien.fr